Femme à lunettes ou la légende de Jimmy (Fairly)

Voici mon drame (enfin presque…) je suis myope et après 2 décennies de port de lentilles, mes yeux sont devenus trop secs… Malgré des litres de larmes artificielles, je ne les supporte plus que quelques heures par jour, 1 ou 2 fois par semaine : nul. Les lunettes c’est cher, c’est moche, et je dis pas ça parce que je suis énervée…

Afin de varier les plaisirs et les montures, j’ai commandé il y a quelques mois plusieurs paires sur le site de l’Usine à lunettes : un opticien online, un peu hipster et très low cost. J’y ai trouvé, entre autre, une paire à 6,99€ avec des verres anti-reflets à ma vue. Le prix moyen est de 30€ par modèle, tout compris. Problème, c’est un peu la roulette : on est jamais certain de la finition, de la taille et surtout de la tête qu’on a avec (cf les montures LISA, blanches XXL que je porte dans la rubrique Qui suis-je ? : ça fait toujours son petit effet). Tout se fait en ligne : on remplit tout seul comme un grand sa fiche, à partir de l’ordonnance de l’ophtalmo. L‘Usine et tous les frenchies à l’origine de cette start-up maline se trouvent en Chine… ça complique les essayages et les remboursements sécu/mutuelle. Oui, je vois au loin Montebourg et sa marinière, faire les gros yeux… et les montures françaises ??? Hein ! Oui ben…heu… c’est pas le seul souci… Il y a aussi la honte, quand tu dois mendier ton « écart pupillaire » à ton VRAI opticien : ces chiffres magiques que seuls les pros connaissent, grâce à leur appareil en forme de jumelles de l’espace. Sans ces données, pas de lunettes ! Re-la honte quand tu dois revenir le voir pour régler les montures chinoises, reçues par colissimo, qui te scient les oreilles (true story).

Donc, si on ne veut pas se faire plumer par Optical Bidule ou Alain Leflou, on fait comment ? La Générale d’Optique ou les Opticiens mutualistes sont meilleurs marché, mais leurs montures souvent mochardes…

JimmyFairly (5)Et c’est vendredi dernier que la lumière fut. Au 67 de la rue Saint Catherine, à Bordeaux, une boutique très parisienne rive gauche, coquette et remplie de montures d’inspiration rétro vient d’ouvrir (le jour même !). Il y avait déjà foule en cette fin de journée chez Jimmy Fairly. Les panneaux sur les étagères en bois annoncent des prix très attractifs : 99€ ou 149€, verres + monture, pour des modèles uniquement fabriqués en France ou Italie. La sécu, Montebourg et ma mutuelle valident ce choix, ne reste qu’à trouver lunettes à mon nez. Je m’arrête sur Bhaskara, couleur écaille foncée, pendant que mon opticien, aussi looké que le reste de la boutique, complète mon dossier sur son Ipad. J’ai même droit à un véritable espresso dans un gobelet aux couleurs de la marque : le concept est bien ficelé. Verdict dans 1 semaine, le temps que ma commande soit livrée à domicile. Même pas honte de repasser en boutique pour les réglages 🙂

Publicités

Une réflexion au sujet de « Femme à lunettes ou la légende de Jimmy (Fairly) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s